Loading
Vous êtes ici : Accueil > Culture > Publications > Details Publication

À propos de la culture

Sous la direction de Nabil El-Haggar

Ce livre, qui restitue les travaux présentés dans le cadre du colloque
« À propos de la culture » et des conférences sur le thème « Culture et ville », est le 18ème titre de la collection Les Rendez-vous d’Archimède. Il occupe sans nul doute une place particulière dans cette collection car il questionne un postulat fondateur de notre projet : la culture en tant que figure symbolique de l’ambition démocratique.
Au fil de la lecture des textes proposés, réunis en deux tomes, cet ouvrage met en évidence la complexité de l’accès à la culture et la place qu’elle occupe dans une société de consommation, d’image et de médiatisation à outrance.
C’est certainement une illusion que de prétendre, à travers un colloque et des conférences, cerner cette question si complexe, qui passionne depuis toujours, et continue à susciter un intense débat. Néanmoins, la multiplicité des intervenants et des champs disciplinaires donne une grande richesse à cet ouvrage.

 

Le tome 1 traite trois thèmes : La construction européenne au risque de ses cultures ?, Universalité et particularité et Culture et barbarie.

 

Bien que la culture soit un enjeu fondamental de la démocratie, la question culturelle reste trop souvent absente des débats sur la construction européenne. Nous partageons pourtant une histoire commune faite d’apports culturels très divers. La construction européenne doit-elle se faire au risque de ses cultures ?

 

Le culte de la particularité conduit souvent à l’autisme culturel. Mais la prétention à l’universalité peut aussi bien vider une culture de sa richesse spécifique que l’amener à soumettre le monde à l’aune de ses valeurs…

 

La culture ne nous met pas nécessairement à l’abri de la barbarie. Les millénaires de culture qui ont produit ce que nous sommes aujourd’hui ont été portés par ce que l’on pourrait appeler « la violence barbare » de la vie.
Face aux violences actuelles de tous ordres, faut-il interpréter la culture comme une capacité nouvelle de vivre ouvertement à la fois avec, pour et contre la barbarie ?